Extrait NR du 26 MARS 2018 :

La Médiathèque de Smarves s'est relevée comme un nouvel espace culturel qui prend une vraie place

dans le spectacle vivant grâce au dynamisme conjugué des ses responsables du festival Quand on

Conte. L'enjeu n'était pourtant pas simple pour la Compagnie la petite rue des Contes, mettre en scène

un livre marquant de Joseph Boyden qui raconte l'engagement en 1914 de soldats canadiens d'origine

indienne et le difficile retour au pays de l'un deux. A la fois conteurs, comédiens et musiciens les trois $

artistes, Michèle Bouhet, Jean-Claude Botton, Jean-Louis Compagnon, ont condensé ce puissant récit en

alternant jeu d'acteur et lecture d'extraits, au service des histoires qui se croisent. Les spectateurs non

avertis sont très vite entrés dans l'histoire, les initiés ont retrouvé intacte cette odyssée marquante qui

ne peut que laisser des traces dans la mémoire. L'immense et délicate question de"faire ce qui doit être

fait" est restée dans la tête du public qui a pu compléter sa connaissance de la Première Guerre mondiale

avec cet éclairage tout à fait inhabituel et magnifiquement écrit et interprété. Avec Le chemin des âmes,

le festival Quand on Conte a su, une fois de plus, faire mouche. Les spectateurs touchés ne sont pas sortis

indemnes vendredi soir.

cor. : Michèle Colas

11è Festival de QUAND ON CONTE infos et réservations
au 06 22 71 25 81 http://quandonconte.free.fr/

extrait NR du 26/03/2018 https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/quand-on-conte-a-fait-mouche

 

Photo NR du 23/03/18 :

Antoine Compagnon, Christian Compagnon et Michèle Bouhet de la Compagnie de la Trace

 

 

Extrait NR du 23/03/2018

Un spectacle qui a littéralement emporté les résidents de Clos de Chênes et les visiteurs (150 personnes

environ), mercredi après-midi, à la maison de retraite, dans le cadre du festival Quand on Contes. "Tout

en haut de l'âge", un conte par la Compagnie de la Trace : les histoires tendres de ceux qui sont posés

sur la plus haute branche, par trois conteurs et une drôle de marionnette. "Peu d'artistes ont abordé

ce sujet comme Michèle Bouhet et ses deux compères. Sans cliché, sans tabou, avec une immense

générosité et une interactivité impressionnante. Les rires étaient instantanés dès qu'apparaissait Lucie,

la vieille dame marionnette pas toujours aimable et plus vraie que nature. L'émotion était palpable, dès

que s'exprimaient les douloureuses difficultés de la vieillesse. Chansons et musique enveloppaient le tout

d'une grande douceur." Pierrette, l'une des fondatrices du festival il y a 21 ans, pilier incontournable de

la programmation, a su dire, avec émotion, ce que tous ont ressenti.

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/smarves/tout-en-haut-de-l-age-tout-au-bout-de-la-branche
21è Festival de QUAND ON CONTE infos et réservations
au 06 22 71 25 81 http://quandonconte.free.fr/

 

Match d'improvisation théâtrale à Couhé le 2 mars à 20h30 - Les ZZP équipe amateur, encadrée par la Compagnie de la Trace, rencontre la LUDI, équipe universitaire de Poitiers.

Match d'improvisation théâtrale à Couhé le 2 mars à 20h30 -

Les ZZP équipe amateur, encadrée par la Compagnie de la Trace, rencontre la LUDI, équipe universitaire de Poitiers.

La LUDI a gagné le match 9 à 8.

La salle était pleine (150 personnes environ) match très amical et vivant, nous avons tous passé un agréable moment.

Merci à l'association des Sans Logis pour l'organisation de la soirée et la bonne humeur.

 

 


  Parution NR du 23/02/2018 à la M3Q de Poitiers

             Extrait NR du 23/02/2018

             Ce soir à Poitiers : l'histoire émouvante d'un exil muet

              Publié le 23/02/2018 à 04:55 | Mis à jour le 23/02/2018 à 17:46

    •  Théâtre
    •   Poitiers

 

               Isabelle Bouhet joue et manipule des objets dans cette belle pièce adaptée de la BD de Shaun Tan.
               © Photo NR

               La compagnie de La Trace joue son spectacle “ Là où vont nos pères ”, ce soir, à la M3Q de Poitiers. Une muette histoire d’exil à découvrir sur scène.

               Avec ses crayonnés fouillés, ses doubles pages regorgeant de mille détails et son absence totale de texte, la bande dessinée « Là où vont nos pères »,

               de Shaun Tan, semblait impossible à adapter au théâtre. C’est pourtant le pari qu’a tenté (et réussi !) la compagnie de La Trace.

               « C’était un vrai coup de cœur, se souvient la comédienne Isabelle Bouhet. Dès que j’ai découvert le livre, je me suis dit que, si on arrivait à

               transposer ça sur scène, on pourrait parler à beaucoup de monde. » De fait, cette histoire sans paroles qui plonge le lecteur dans la peau d’un

               migrant a touché un large public depuis sa parution, en 2007 : le livre de l’Australien a notamment reçu le Fauve d’Or du meilleur album au Festival

               d’Angoulême en 2008. Deux semaines de résidence à la M3Q « Le livre raconte le départ contraint et forcé d’un homme vers un autre pays,

               alors que le sien est menacé par la guerre, explique le marionnettiste Christian Compagnon. Il quitte sa famille dans l’espoir qu’elle pourra le

              rejoindre ensuite

              On a voulu raconter cette histoire sous l’angle de la petite fille qui reste au pays. »

               Pour créer ce spectacle, il y a quatre ans, la compagnie de La Trace a imaginé une scénographie mouvante, basée sur six grands panneaux

               de 1,20 m de large. « C’est Patrick Henniquau, du Moulin-Théâtre, qui a eu l’idée de ces panneaux mobiles comme les pages d’un livre, souligne

               Christian Compagnon. On a aussi bénéficié des conseils de Danièle Virlouvet pour la manipulation d’objets. »

               Cette émouvante pièce muette, mise en lumière par David Mastretta et en musique par Antoine Compagnon, n’avait qu’un défaut : elle nécessitait

               un plateau de plus de dix mètres de large pour être présentée. La compagnie civraisienne a donc dû refuser plusieurs propositions émanant de salles

               trop exiguës… Ce handicap n’existe plus, désormais, puisqu’Isabelle Bouhet et Christian Compagnon viennent de passer deux semaines en résidence

               dans la salle de spectacles de la Maison des Trois-Quartiers, à Poitiers, pour adapter leur création à des plateaux réduits.

               La M3Q en a profité pour organiser des ateliers, autour du théâtre d’objets, avec la marionnettiste Virginie Dumeix. « On en fait tous les ans,

              lors des vacances de février, à destination des jeunes de l’accueil de loisirs des Trois-Soleils, des ados du Ventilo et des mineurs non-accompagnés du

              projet Rémiv, explique Christelle Bertoni, de la M3Q. La thématique de la migration nous intéresse tous et la plupart de ces jeunes vont assister au

              spectacle. » Ils ne seront pas les seuls : la représentation de ce vendredi après-midi est accessible à tout public, à partir de 7 ans. Courez-y !


              Ce vendredi 23 février, à 17 h 30, à la Maison des Trois-Quartiers, 23-25, rue du Général-Sarrail, à Poitiers. Tarif : 5 € ; gratuit – de 12 ans.

              Tél. 05.49.41.40.33. www.m3q.centres-sociaux.fr

               https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/ce-soir-a-poitiers-l-histoire-emouvante-d-un-exil-muet