Parution Nouvelle République du 08/02/2018 à la M3Q de Poitiers


 

           Poitiers : deux femmes dans la guerre - La Nouvelle République

           Poitiers : deux femmes dans la guerre

    • Théâtre
    • Poitiers

 

Isabelle Bouhet et Christian Compagnon ont présenté « Je viens chercher Jean », dimanche, au Théâtre au Clain, à Poitiers. L’histoire de Tania, qui a survécu à Staline et Hitler.
© Photo NR

Deux femmes. Deux destins, dévorés par les brûlures de la Seconde Guerre mondiale et racontés, dimanche dernier, au Théâtre au Clain, par la Compagnie de la Trace. En lever de rideau, la scène était occupée par Renée, alias Nénette, dans « Les Mangeurs d’aurore », avec Michèle Bouhet et Antoine Compagnon. Internée au camp de Ravensbruck pour communisme avéré et fabrication de faux papiers, elle rayonne d’énergie malgré la menace omniprésente. Plus de soixante ans après, même nonagénaire, Nénette reste résistante et révoltée par l’injustice. Ses confidences dans les lettres échangées avec Michèle ne laissent aucun doute. En seconde partie, Tania est l’héroïne de « Je viens chercher Jean », avec Isabelle Bouhet et Christian Compagnon. Sa vie a commencé en Ukraine pour se terminer à Châtellerault, il y a peu. Jean a fait le trait d’union. Affamée par Staline, combattue par Hitler, elle confond les deux criminels dans le récit dont Isabelle se fait l’écho dans le français approximatif d’une exilée. Difficile de rester insensible. Ces femmes croisent la grande Histoire, cruelle, meurtrière. Et donnent des leçons de vie extraordinaires. C’est poignant d’humanité. Puissent-elles éveiller les consciences !

 

https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/poitiers-deux-femmes-dans-la-guerre


  Parution NR du 23/02/2018 à la M3Q de Poitiers

             Extrait NR du 23/02/2018

             Ce soir à Poitiers : l'histoire émouvante d'un exil muet

              Publié le 23/02/2018 à 04:55 | Mis à jour le 23/02/2018 à 17:46

    •  Théâtre
    •   Poitiers

 

               Isabelle Bouhet joue et manipule des objets dans cette belle pièce adaptée de la BD de Shaun Tan.
               © Photo NR

               La compagnie de La Trace joue son spectacle “ Là où vont nos pères ”, ce soir, à la M3Q de Poitiers. Une muette histoire d’exil à découvrir sur scène.

               Avec ses crayonnés fouillés, ses doubles pages regorgeant de mille détails et son absence totale de texte, la bande dessinée « Là où vont nos pères »,

               de Shaun Tan, semblait impossible à adapter au théâtre. C’est pourtant le pari qu’a tenté (et réussi !) la compagnie de La Trace.

               « C’était un vrai coup de cœur, se souvient la comédienne Isabelle Bouhet. Dès que j’ai découvert le livre, je me suis dit que, si on arrivait à

               transposer ça sur scène, on pourrait parler à beaucoup de monde. » De fait, cette histoire sans paroles qui plonge le lecteur dans la peau d’un

               migrant a touché un large public depuis sa parution, en 2007 : le livre de l’Australien a notamment reçu le Fauve d’Or du meilleur album au Festival

               d’Angoulême en 2008. Deux semaines de résidence à la M3Q « Le livre raconte le départ contraint et forcé d’un homme vers un autre pays,

               alors que le sien est menacé par la guerre, explique le marionnettiste Christian Compagnon. Il quitte sa famille dans l’espoir qu’elle pourra le

              rejoindre ensuite

              On a voulu raconter cette histoire sous l’angle de la petite fille qui reste au pays. »

               Pour créer ce spectacle, il y a quatre ans, la compagnie de La Trace a imaginé une scénographie mouvante, basée sur six grands panneaux

               de 1,20 m de large. « C’est Patrick Henniquau, du Moulin-Théâtre, qui a eu l’idée de ces panneaux mobiles comme les pages d’un livre, souligne

               Christian Compagnon. On a aussi bénéficié des conseils de Danièle Virlouvet pour la manipulation d’objets. »

               Cette émouvante pièce muette, mise en lumière par David Mastretta et en musique par Antoine Compagnon, n’avait qu’un défaut : elle nécessitait

               un plateau de plus de dix mètres de large pour être présentée. La compagnie civraisienne a donc dû refuser plusieurs propositions émanant de salles

               trop exiguës… Ce handicap n’existe plus, désormais, puisqu’Isabelle Bouhet et Christian Compagnon viennent de passer deux semaines en résidence

               dans la salle de spectacles de la Maison des Trois-Quartiers, à Poitiers, pour adapter leur création à des plateaux réduits.

               La M3Q en a profité pour organiser des ateliers, autour du théâtre d’objets, avec la marionnettiste Virginie Dumeix. « On en fait tous les ans,

              lors des vacances de février, à destination des jeunes de l’accueil de loisirs des Trois-Soleils, des ados du Ventilo et des mineurs non-accompagnés du

              projet Rémiv, explique Christelle Bertoni, de la M3Q. La thématique de la migration nous intéresse tous et la plupart de ces jeunes vont assister au

              spectacle. » Ils ne seront pas les seuls : la représentation de ce vendredi après-midi est accessible à tout public, à partir de 7 ans. Courez-y !


              Ce vendredi 23 février, à 17 h 30, à la Maison des Trois-Quartiers, 23-25, rue du Général-Sarrail, à Poitiers. Tarif : 5 € ; gratuit – de 12 ans.

              Tél. 05.49.41.40.33. www.m3q.centres-sociaux.fr

               https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/ce-soir-a-poitiers-l-histoire-emouvante-d-un-exil-muet

Match d'improvisation théâtrale à Couhé le 2 mars à 20h30 -

Les ZZP équipe amateur, encadrée par la Compagnie de la Trace, rencontre la LUDI, équipe universitaire de Poitiers.

La LUDI a gagné le match 9 à 8.

La salle était pleine (150 personnes environ) match très amical et vivant, nous avons tous passé un agréable moment.

Merci à l'association des Sans Logis pour l'organisation de la soirée et la bonne humeur.

 

 

Conte et musique - tout public - A partir de 12 ans - Durée : 1h15
- Michèle BOUHET : conte et écriture
- Christian COMPAGNON : marionnette et musique
- Antoine COMPAGNON : musique, chanson et écriture
- Isabelle Bouhet : mise en scène
-Jean-Louis Compagnon : regard extérieur
- Alain-Bernard BILLY : décors
- Béatrice Ferron : costumes et décors


...Sur la plus haute branche
Haut comme le vertige
Le haut de l'âge, tout près de l'au-delà
Où la racine et l'ultime tige forment à peine un tout.
Tout en haut là où les yeux confondent l'horizon
Tu trembles dans le temps....

Ce spectacle est né d'un collectage,
collectage auprès de personnes âgées ;
croisées dans la rue, chez elles et en institution.
Un spectacle qui parle de la vie… La vie tout en haut de l'âge.

Sur scène nous sommes trois :
Trois pour entrebâiller la porte d'une cuisine où,
derrière le rideau à mouches, ils sont tous là,
ceux qui nous ont inspirés ces personnages.
Et ils habitent désormais dans les histoires,
les marionnettes et les chansons de ce spectacle délirant et bouleversant.

21è Festival de QUAND ON CONTE infos et réservations
au 06 22 71 25 81 http://quandonconte.free.fr/

 

 Commentaires :

          Peu d'artistes ont abordé le sujet du grand âge, comme Michèle BOUHET, Christian et Antoine COMPAGNON : sans cliché, sans tabou, avec une

         immense générosité et une interactivité impressionnante. Des rires instantanés dès qu'apparait Lucie la vieille dame-marionnette pas toujours aimable

         et plus vraie que nature; une émotion palpable, dès que s'expriment les douloureuses difficultés du quotidien, les questionnements presque indicibles

         de la vieillesse; des sourires omniprésents posés du début à la fin sur le visages des spectateurs de tous âges chamboulés mais nourris des mots justes

         qui aident à avancer, voila ce que suscite "tout en haut de l'âge" un spectacle rare enveloppé d'une grande douceur. On a envie de dire merci à Antoine

         pour sa poésie chantée et sa jeunesse, à Christian pour sa Lucie et ses verres à musique et plus encore à Michèle pour son courage artistique,

         son humanité et ce magnifique talent qui nous bouleverse tant  

 

         Pierrette Merer – du Festival Quand on Conte

La Compagnie de la trace est en résidence à la Maison des Trois Quartiers pendant deux semaines pour la reprise de son spectacle de théâtre visuel "Là où vont nos pères". Une représentation de cette nouvelle version sera donnée le vendredi 23 février à la Maison des trois Quartiers de Poitiers.